Les Galopins Brédois

Les Galopins Brédois header image 2

Le 1er mai, c’est la fête du Trail chez les Galopins

9 mai 2018 par Bikila · Pas de commentaire

FacebookFacebook

Un jeu de mot facile pour résumer ce 1er mai des Galopins, Fête du Travail rime avec Fête du Trail. En effet, le calendrier des courses en Gironde de ce mardi férié offrait une alternative entre un trail réputé difficile du côté de Baurech et un autre beaucoup plus accessible chez nos voisins de Martillac. C’est sur La Martillacaise, dernière étape du Challenge Montesquieu, que nous retrouvons le gros de la troupe des Galopins puisque nous ne serons pas moins de 13 à prendre part aux deux courses proposées par l’équipe d’Eric Mendez. Deux autres Galopins traverseront la Garonne pour tâter les côtes de la rive droite à Baurech.

La Martillacaise

Un succès qui ne se dément pas d’année en année pour cette épreuve qui en est à sa neuvième édition. A voir la foule qui se pressait aux abords du stade Hervé de Venancourt, il était certain que cette manifestation allait connaître un record de participation. A tel point que les inscriptions pour la marche ont été suspendues faute d’avoir suffisamment de bouteilles pour les récompenses des participants. Les Galopins n’allaient pas manquer cette fête avec 5 d’entre eux qui ont choisi le 7km pendant qu’ils seront 8 sur le 17km. Pas très facile de réunir tout ce petit monde pour une photo de groupe et il faudra en faire finalement deux pour avoir tout le monde.

Il manquait Bernard et Xavier pour être au complet

Séance de rattrapage mais les coureurs du 7km sont déjà partis

C’est tout d’abord à Nicolas de nous livrer ses impressions :

Après avoir couru 2 fois la distance longue de La Martillacaise, mes moyens physiques du moment (pas d’entrainement et blessures) ne me permettaient pas de m’aligner sur la distance reine, ce qui contribue à me faire découvrir les petites distances des courses du Challenge Montesquieu ; il ne me reste que la petite de La Brède que je n’ai pas testée : en octobre 2018 ?
Très beau parcours, exigeant, qui même s’il ne comporte pas de côte, à travers ses chemins enherbés, les quelques passages boueux, et les faux plat légers de la fin de parcours n’est pas si facile.
Très sympa de partir avant le 17km, avec tous les amis, les supporters qui encouragent leurs proches, ça fait chaud au cœur, et ça booste.
Départ rapide, type cross, afin de ne pas être coincé à la sortie du stade et d’avoir une trace relativement claire dans la partie en terre, après avoir traversé la route : 18km/h sur les 800 premiers mètres.
Des coureurs s’échappent, après lesquels je ne m’accroche pas, je sais que je suis 3ème M1 et je gère la course, même si le rythme a tendance à ralentir, et je sens que cela revient sur moi.
A 2km de l’arrivée, suite à une chute dans un virage, sans gravité, un M1 bouche le trou de 10m que j’avais d’avance sur lui et je le laisse passer en ayant pour objectif de le suivre, de résister afin de monter sur la boîte. Je dois faire face à une accélération de ce dernier dans un faux plat, et je fais l’effort de ne pas décrocher, effort payant, puisqu’avant le dernier passage en terre qui nous amène au stade, je repasse devant lui au train. Mon valeureux compagnon de route semble avoir tout donné. J’accélère progressivement et contrôle l’écart dans le stade sous les chaleureux encouragements du public.
Quelques minutes plus tard, j’ai confirmation que la 3ème place V1 est acquise. Objectif atteint. Heureux.
Content également que Franck et Olivier aient décroché de beaux podiums sur le 17km.
Nicolas

Nicolas dans le rush final de ce 7km

Quelques mots de David qui courait également le 7km :
Courir un premier mai est un acte militant, à Martillac on bat le record de la manifestation la plus rapide et la plus pacifique… Plus sérieusement, quel plaisir de se faufiler entre les rangs de vignes avec juste ce qu’il faut de boue et de faux-plats casse pattes. Qui peut se plaindre de l’organisation ? Sur le 7km, le balisage était parfait, malgré l’état second qui caractérise les coureurs en mal d’entraînement comme moi… Un plaisir également de retrouver les visages des Galopins toujours tout sourire…
David

David semble très concentré et ses poursuivants souffrent

Pour être complet sur le 7km, parlons des filles avec Corinne qui boucle ce parcours à un bon rythme pendant que Sylvie et Marie-Emmanuelle feront course commune. Il s’agissait avant tout pour Marie-Emmanuelle de se préserver avant le Marathon de Blaye.

Corinne au coude à coude

Un grand Escargot qui masque Sylvie

Résultats des Galopins sur le Trail de 7km :

Nicolas Venne se classe 13ème en 27’58” et 3ème M1
David Garcia se classe 22ème en 29’20”
Corinne Guillaut se classe 100ème en 35’32”
Marie-Emmanuelle Fréour se classe 255ème en 42’36”
Sylvie Chatel se classe 256ème en 42’37”

Une bouteille de plus pour Nicolas

Passons au 17km qui partait 10 minutes plus tard. Même si, à l’oeil nu,  le peloton semblait bien moindre que pour le 7km, il n’y avait qu’une cinquantaine de coureurs en moins avec 382 classés à l’arrivée. C’est Serge qui nous raconte sa course :

La Martillacaise est un rendez-vous très apprécié de tous les coureurs locaux.
Il lance la saison de Trail (surtout pour moi) et comme chaque année, c’est un joli groupe de 13 Galopins qui se retrouve au départ avec deux distances au choix 7 et 17km.
Les pluies de ces derniers jours laissent présager un terrain lourd car le tracé arpente et serpente vignes, calcaire et chemins en forêt.
Il y a foule et l’ambiance est très bonne. Tous ravis de partager notre belle passion, après une belle photo de groupe nous nous élançons.
Pour ma part je suis sur le 17km, j’ai prévu de courir sans me mettre dans le rouge. Je prépare un autre rendez-vous Trail, celui de la Pastourelle à Salers très prochainement. Je ne pars donc pas trop vite. Mais mon instinct de compétiteur me donne rapidement un tempo à 15km/h. Bon, pas plus vite je me dis. J’aperçois Franck juste devant et le garde en point de mire. Le terrain n’est pas si lourd. Les premiers kilomètres s’enchaînent assez vite. Je rattrape Franck. On s’encourage et on court un peu ensemble. Au 6ème km je me laisse légèrement distancé. Franck à la forme et il joue le podium M2. Je me laisse décrocher et reste à une allure régulière.

Passage glissant mais maîtrisé pour Serge

Au 10eme kilomètre (40´30’’) je commence à fatiguer. J’ai un objectif tout de même, ne pas se blesser. L’an dernier au 12ème mon ischio m’a lâché alors prudence. J’écoute mon corps et je me détends sur ma foulée chaque fois que cela est possible. Le 12, le 13, le 14,…. passent et la peur de cette blessure s’envole.
J’arrive dans les trois derniers kilomètres. Je croise Franck au détour d’un virage je l’encourage. Je suis fatigué et en manque d’eau. Les derniers kilomètres sont montants et boueux. La moyenne baisse logiquement. Je suis à la lutte avec deux concurrents. Je donne mes dernières forces, le stade arrive, beaucoup de monde pour nous encourager. J’entends des encouragements. Je ne peux pas sprinter.
Je finis en 1h10’04. Fatigué mais content de ma course.
Bravo à tous les Galopins pour vos courses et vos résultats.
Merci à Mireille pour ces belles photos.
À l’année prochaine
Serge

Franck a délaissé le t-shirt Galopins de crainte d’avoir froid

Autre angle de vue avec le récit d’Olivier :

Deux jours après le Marathon d’Albi, je ne me faisais pas trop d’illusions sur mon état de fraîcheur et j’avais annoncé une course en mode récupération. Pourtant, les premières foulées d’échauffement sont très rassurantes, aucune courbature ni douleur. Je décide de gérer à la sensation et de partir avec Xavier et Anthony qui semblent adopter la même stratégie. Dès la sortie du stade et le goulot d’étranglement passé, nous voici donc tous les trois sur un rythme déjà bien soutenu. Le terrain n’est pas trop difficile et même s’il y a de belles flaques, il est assez facile de les contourner pour épargner mes nouvelles Hoka toutes propres. Après le 1er ravitaillement, Anthony va décrocher et je reste avec Xavier qui semble assez facile. Sa présence me booste pour conserver cette allure beaucoup plus rapide que je ne l’envisageais avant le départ. Les kilomètres défilent et bien que je présage que la fatigue va finir par se faire sentir, je me pique au jeu. Du coup, j’avoue que je commence à penser qu’un podium dans ma catégorie devient possible.

Un sourire pour la photo

Nous voici à proximité du Château Smith Haut-Laffite qui malheureusement ne propose pas ses produits au ravitaillement situé juste en face. Je me contente donc d’un verre d’eau. La fin de parcours est plus éprouvante et c’est donc tout naturellement que je modère enfin un peu mes ardeurs. Il y a encore un rendez-vous marathon dans 4 jours du côté de Vitoria-Gasteiz pour lequel je veux être opérationnel. J’ai souvent ce petit sentiment de satisfaction personnelle sur les fins de course qui ne me pousse pas à faire encore mieux. Sur un des derniers petit pont de bois, Guillemette Rapenne qui est juste devant moi, glisse et tombe. Après m’être assuré qu’elle allait bien je repars mais ces derniers kilomètres me paraissent désormais plus longs. Encore un dernier effort pour effectuer un tour du terrain de foot sur lequel Xavier va me distancer et c’est l’arrivée. Je suis bien content mais un peu épuisé. Mireille me gronde gentiment en me faisant remarquer que c’était loin d’être une allure de récupération. Un magnifique ravitaillement d’arrivée nous attend, bravo aux bénévoles qui l’ont préparé. Le classement me confirmera ma première place en M3.

Olivier

Xavier attentif et inquiet d’une douleur au tendon

Anthony a préféré laisser partir Xavier et Olivier

Bernard souffle

Florence, habituée de la séance du jeudi

Les Pépitos étaient là mais pas Jean-Marc

Résultats des Galopins sur le Trail de 17km :

Franck Cervantès se classe 16ème en 1h09’15” et 3ème M2
Serge Guillaut se classe 19ème en 1h10’04”
Xavier Fougeron se classe 59ème en 1h16’45”
Olivier Meslier se classe 64ème en 1h16’52” et 1er M3
Anthony Fréour se classe 94ème en 1h19’59”
Pascal Godineau se classe 181ème en 1h27’54”
Bernard Clavé se classe 244ème en 1h33’04”
Florence Le Pierres se classe 288ème en 1h37’36”

Un podium très fourni pour Franck

Victoire chez les M3 pour Olivier

Présents au vin d’honneur final !

Trail de Baurech

Du monde aussi à Baurech et un nouveau record d’affluence avec au total 900 traileurs répartis sur les 3 épreuves proposées de 8, 15 et 26km. Il est désormais établi que l’organisation de deux manifestations de trail sur la même journée du 1er mai et dans des villes distantes d’à peine 20km n’est en rien dommageable ni pour l’une ni pour l’autre et c’est tant mieux. Cette épreuve organisée conjointement par Les Anonymes du Campus et le Comité des Fêtes de Baurech présente un tout autre profil que du côté de Martillac. Ici, il faut aimer les côtes avec un dénivelé de 1100m sur l’épreuve de 26km qui fait partie du Trail Tour Départemental.
Côté Galopins, Denis était engagé sur le 15km pour compléter son entraînement majoritairement cycliste ces derniers temps. Ruben avait choisi le 26km pour travailler les côtes dans le cadre de sa préparation au rendez-vous de la Course des Crêtes d’Espelette début juillet.

Denis fait l’extérieur pour doubler

Ruben se frotte à un gros trail

Résultats des Galopins sur le Trail de 15km :

Denis Babilon se classe 111ème en 1h34’41”

Résultats des Galopins sur le Trail de 26km :

Ruben Gruau se classe 210ème en 2h57’56”

Catégorie(s) : Non classé

0 réponse pour le moment ↓

  • Il n'y a pas encore de commentaire mais le formulaire ci dessous vous tend les bras....

Laisser un commentaire