Les Galopins Brédois

Les Galopins Brédois header image 4

Des Galopins sous la pluie à Langon

6 mars 2018 par Bikila · Pas de commentaire

FacebookFacebook

La grande classique du Sud-Gironde qui relie Bazas à Langon fêtait cette année sa 35ème édition. C’est peu dire que cette course fait partie du paysage sportif girondin et que beaucoup de champions sont venus s’illustrer sur ce parcours champêtre. A titre personnel, j’ai couru cette épreuve pour la première fois en 1991 alors qu’elle se déroulait encore sur la distance de 20km. Depuis, les années ont passées avec une vingtaine de participations à la Bazas/Langon, un record de 1h24′ établie en 2002 qui me semble bien loin et toujours le plaisir de retrouver les fidèles de cette course. C’est à partir de mon attachement à cette manifestation et de mon goût pour les petits défis que j’ai lancé l’an dernier la Langon/Bazas/Langon. Il s’agit donc de partir au petit matin de Langon sur le parcours inversé en “Off” afin de se rendre en mode tranquille au départ du semi-marathon. Nous étions 3 sur la première édition avec Eric et Dominique qui, malheureusement, sont blessés actuellement et ont été contraints de déclarer forfait cette année. Fort heureusement, Jean-François a été séduit par ce projet et c’est donc ensemble que nous avons poursuivi le challenge de la LBL. Xavier a choisi un mode plus conventionnel en se contentant du semi-marathon officiel pendant que Corinne et Serge ont opté pour la distance courte de 12km entre Coimères et Langon.

Deux Galopins déjà bien échauffés au départ du semi

Le jour peine à se lever sur Langon avec un ciel bien chargé de nuages sombres qui laissent s’échapper une pluie fine sur le Parc des Vergers. C’est sous les yeux amusés des bénévoles qui préparent le site d’arrivée que les deux “zigotos” se positionnent sur la ligne d’arrivée pour entamer la première étape de leur matinée sportive. L’animateur Patrick Meynard nous gratifie même d’un compte à rebours tout ce qu’il y a d’officiel pour ce départ un peu particulier. Nous voici lancés sur le parcours qui est globalement plus montant dans ce sens inverse. Comme prévu, le rythme est assez tranquille, l’objectif étant de boucler la distance en 2heures. La nature nous gâte avec l’apparition de 3 chevreuils qui traversent la route juste sous nos yeux. A Coimères, nous faisons une petite halte au ravitaillement où les bénévoles s’affairent déjà. Un peu surpris, ils ne semblent pas bien disposés à nous laisser profiter du ravitaillement mais nous les rassurons en leur expliquant notre défi. C’est ensuite à Cazats que nous arrivons alors que les marcheurs viennent tout juste de démarrer. Ils nous charrient un peu en nous indiquant que nous nous sommes trompés de sens. Nous poursuivons notre route mais, sans doute encore distrait par cet épisode des randonneurs, je manque la bifurcation à la sortie de Cazats. C’est seulement en arrivant à la route à grande circulation N524 que je me rends compte de mon erreur. Pas d’autre choix possible que de faire demi-tour pour retrouver le parcours. Ce petit écart nous gratifie d’un supplément gratuit de 2km ce qui en soit n’est pas très grave. En revanche, le timing devient un peu serré et nous oblige à forcer un peu l’allure pour arriver à temps à Bazas. Parvenus à destination, nous n’avons guère de temps pour souffler. Le temps de récupérer les dossards, de changer le t-shirt bien trempé et de déposer nos sacs à la consigne, nous voilà sur la ligne de départ bien officielle cette fois.

Xavier lancé pour un super chrono

Force est de constater que le peloton est bien moins fourni que les années passées. En se penchant sur les statistiques récentes, la baisse est constante depuis l’année record en 2015 où l’on a comptabilisé plus de 1500 coureurs au total. Cette fois, nous sommes moins de 600 au départ du semi-marathon et 250 sur le Coimères/Langon. Certes la météo n’était pas très engageante cette année mais je pense que l’on peut avancer d’autres explications. Aujourd’hui, avec l’engouement récent d’une population plus jeune pour notre activité, on constate que le trail et les courses natures rencontrent un beau succès et pour les courses sur routes, ce sont celles qui se déroulent en milieu urbain qui s’en sortent le mieux. Bazas/Langon, c’est une course sur route dans la nature avec  des vaches pour seul public sur le parcours, un peu excentrée et avec les inconvénients d’un parcours de ville à ville. Quoi qu’il en soit, les présents sont bien heureux d’être là et attaquent le parcours avec enthousiasme même si les premières petites côtes se font sentir. J’ai bien aperçu Xavier peu après le départ mais je renonce à le rattraper. Il va bien trop vite pour moi et je ne suis pas très confiant sur ma forme du jour.

Sourire crispé pour Olivier qui n’est pas au mieux

Cette impression va vite se confirmer, les jambes sont un peu raides et la foulée se crispe dès la moindre petite élévation de la route. Heureusement il y a des descentes où je suis plus à l’aise mais je sais qu’il me faut renoncer à faire une belle performance aujourd’hui. Au fil de petites conversations nouées avec des amis qui souvent me rattrapent, les kilomètres passent quand même très vite.

Jean-François ne regrette pas d’avoir fait l’aller/retour

Après le dernier ravitaillement à St Pierre de Mons, nous avons droit à une petite modification du parcours habituel qui nous avait échappé à l’aller. Un dernier effort pour la boucle d’entrée dans le Parc des Vergers et c’est la ligne d’arrivée. Une petite averse nous salue et nous fait apprécier la dotation de ce k-way rouge aux arrivants. Je retrouve Xavier, auteur d’une excellente performance en 1h30′. Jean-François arrive peu après moi et nous partageons les mêmes impressions sur nos sensations au cours de ce retour.

Bien utile le k-way pour les coureurs à l’arrivée

Sur le Coimères/Langon long de 12km dorénavant, Serge nous raconte sa matinée :

Le timing étant un peu juste pour la navette qui nous conduit de Langon à Coimères, nous sommes arrivés un peu tard pour le départ. Le temps de récupérer les dossards, c’est l’échauffement qui a été écourté.
La pluie nous accompagne sur la ligne de départ et nous sommes tout surpris de voir le petit peloton s’élancer sans le moindre discours ou annonce de l’imminence du starter. Le début de parcours est très favorable avec un profil descendant et pas de vent contraire. C’est parti vite très vite mais je préfère rester prudent afin de bien terminer mon échauffement. Les sensations sont bonnes et petit à petit je rattrape et double les concurrents qui sont sans doute partis trop vite. J’aperçois la tête de course et à l’occasion d’un virage je parviens même à calculer que suis en 18ème position. J’ai bien présent à l’esprit que les 10 premiers au scratch sont récompensés alors je m’accroche et je continue à remonter doucement sur quelques coureurs. A mi-parcours le circuit devient moins favorable avec quelques faux plats et surtout du vent. Je reste concentré et serein, je remonte encore. La fin de course approche, après une dernière bosse qui s’éternise un peu nous voilà dans les deux derniers kilomètres. J’ai un concurrent juste devant moi, je fais l’effort pour revenir mais je ne parviens pas à le rattraper. Malgré des kilomètres à 03’40 je resterai derrière lui. Je termine satisfait en 12ème position au scratch et seulement à 17″ de cette 10ème place qui m’ouvrait le podium, dommage! Je me console avec une belle 2ème place en M1H mais qui là pour le coup ne sert à rien.
A peine le temps de me changer et je pars en allure récup pour retrouver Corinne. Je n’ai pas eu besoin d’aller bien loin. Je l’encourage en restant à ses côtés mais j’ai du mal à suivre. Je lui indique le parcours qui lui reste et elle arrivera en 1h tout juste. Lorsque les résultats tombent, Corinne est classée 11ème au scratch. C’est manqué pour les récompenses aux 10 premiers. Comme la pluie a repris de plus belle, nous décidons de rentrer. Plus tard nous apprendrons que finalement Corinne était 10ème féminine, dommage aussi ! Ce n’était pas notre jour pour les podiums mais nous avons passé une belle matinée quand même et on se dit que ce sera mieux l’année prochaine.

 

Résultats des Galopins sur la Coimères/Langon 12km :

Serge Guillaut se classe 12ème en 46’25” et 2ème M1H
Corinne Guillaut se classe 90ème en 1h00’1″ et 10ème féminine
 

Résultats des Galopins sur le semi-marathon Bazas/Langon

Xavier Fougeron se classe 82ème en 1h30’10”
Olivier Meslier se classe 324ème en 1h47’11”
Jean-François Capoen se classe 370ème en 1h51’20”


Catégorie(s) : Non classé